FSSD

Framework for Strategic Sustainable Dévelopment

Une démarche systémique, stratégique et participative pour intégrer la perspective développement durable au cœur de métier des organisations.

Définition

Une démarche fondée scientifiquement et éprouvée sur le terrain depuis 1989

Le FSSD est une démarche systémique, stratégique et participative développée en Suède en 1989. Aussi connue sous le nom The Natural Step, elle permet, depuis 30 ans, à des centaines d’organisations publiques et privées – des TPE aux multinationales – d’intégrer la perspective développement durable à leur cœur de métier, de la vision à l’action.


Pour les entreprises, c’est orienter et sécuriser l’innovation ; développer de nouveaux marchés ; s’affranchir des risques liés à la rareté de certaines ressources ; anticiper les réglementations environnementales ; aborder avec agilité Loi Pacte & Raison d’être, Loi Economie circulaire & REP ; élaborer des stratégies RSE engageantes, des matrices de matérialités pertinentes ; recruter et retenir des collaborateurs impliqués ; réduire les coûts d’assurance… en un mot concrétiser la responsabilité sociétale ET faire du « vrai-bon-business » comme le disait Ray Anderson PDG d’Interface, 1ère entreprise américaine à mettre en œuvre le #FSSD.


Parfaitement adaptée à traiter la complexité dans un monde VICA. Elle permet à chacun de faire bouger ses représentations et de passer à l’action de manière informée car elle propose :

(1) Une définition concrète du développement durable, véritable langage commun qui facilite le dialogue et donc l’élaboration de solutions pertinentes au sein des organisations, des filières, en intersectoriel…

(2) Un cadre structurant qui permet de libérer notre créativité, nos imaginaires pour développer de nouvelles stratégies pour répondre à nos besoins dans les limites planétaires.

Un regard libérateur sur le défi posé

Se mettre en capacité de considérer que la perspective développement durable est une des clefs de l’intelligence économique, une des clefs du développement de nosterritoires et entreprises.
 
Le défi est de prendre conscience des logiques du paradigme dans lequel nous vivons et d’envisager et développer de nouvelles manières de satisfaire nos besoins.
 
L’enjeu n’est pas nos besoins humains fondamentaux1 mais la manière dont nous choisissons de les satisfaire. Le défi est d’apporter des solutions globalement synergiques, de choisir d’être future-fit.

Un langage commun, une clef de compétence pour être acteur et auteur des sociétés durables

Se mettre en capacité de considérer que la perspective développement durable est une des clefs de l’intelligence économique, une des clefs du développement de nos territoires et entreprises. Le défi est de prendre conscience des logiques du paradigme dans lequel nous vivons et d’envisager et développer de nouvelles manières de satisfaire nos besoins. L’enjeu n’est pas nos besoins humains fondamentaux

[1] mais la manière dont nous choisissons de les satisfaire. Le défi est d’apporter des solutions globalement synergiques, de choisir d’être future-fit.
[1] Au sens des travaux sur les besoins humains fondamentaux de l’économiste Chilien Manfred Max-Neef (1932-2019).

“Si on représente sur une échelle les activités des organisations humaines, les barreaux de cette échelle sont par ordre croissant de difficulté l’échange, la coopération, l’action collective.” Clay Shirky, “Here comes everybody”

Une analyse structurante face à la complexité

Le système en 5 niveaux

Un des enjeux face à la complexité du défi de la transition vers des sociétés durables est la confusion récurrente entre ce qui relève de la compréhension du système, de la stratégie, des outils et des actions.

Le système en 5 niveaux illustré ici permet de comprendre qu’il est judicieux d’être clair sur leur périmètre respectif. Ces 5 niveaux sont interdépendants, ils n’ont pas de relation hiérarchique, mais il est important de ne pas confondre une réflexion d’ordre stratégique et la mise en place d’un outil. Trop souvent encore, les organisations croient s’engager dans une démarche de développement durable en faisant par exemple un bilan carbone. Dans le meilleur des cas, a posteriori, elles se rendent compte qu’il aurait été important :

– d’avoir une compréhension globale du « terrain de jeu » (système),
– d’avoir appréhendé les conditions nécessaires pour réussir dans ce système (succès),
– de s’orienter à l’aide de ces conditions pour informer les stratégies à développer pour réussir dans ce système(stratégie),
– d’en déduire les actions et les outils à mettre en œuvre pour réaliser les stratégies pour réussir dans le système(actions, outils).

Une définition concrète du développement durable

Les 8 conditions nécessaires à des sociétés durables

La démarche FSSD a permis, par un processus de recherche de consensus au sein d’une communauté large de scientifiques, d’identifier que les activités humaines endommagent les systèmes socio-écologiques par 8 mécanismes-sources générant ainsi les multiples impacts que nous connaissons et ceux qui ne sont pas encore identifiés.

Ces 8 conditions nécessaires à des sociétés durables constituent une définition concrète et opérationnelle du développement durable.

Formulés de manière « négative », elles visent à donner les limites dans lesquelles nous pouvons agir. Véritable langage commun, permettant de se concentrer sur la source des impacts et non les impacts, elles stimulent ainsi une créativité proactive et stratégique pour repenser nos modes de satisfaction des besoins humains.

8 conditions pour orienter et opérationnaliser les multiples transformations de nos sociétés ​

Ces 8 conditions permettent de piloter les transformations dans un mode VICA. Dans la complexité, la volatilité et l’incertitude, elles offrent une clarté au premier niveau d’approximation où :

§ l’incertitude est aussi faible que possible

§ et la clarté est aussi élevée que possible.

Une proposition « unique » dans le vaste champ du développement durable. En effet, la formulation de ces conditions font qu’elles remplissent les caractéristiques requises des conditions aux limites pour tout objectif complexe dans tout système complexe, ceci étant validé par maintenant 30 ans de retours d’expérience :

· Nécessaires et suffisantes pour atteindre la durabilité

· Générales pour être applicables à toutes activités

· Concrètes pour inspirer l’action et donner une direction

· Distinctes (mutuellement exclusives) pour permettre une analyse structurée.

Il est alors possible de re-designer les réponses à nos besoins « en sécurité » (i.e. l’incertitude est aussi faible que possible et la clarté est aussi élevée que possible).

Le processus itératif ABCD​

Le processus itératif ABCD

Comment ces 8 conditions s’appliquent‑elles aux activités quotidiennes d’une organisation ?

La démarche FSSD comprend un processus itératif en 4 étapes « A-B-C-D » qui permet aux organisations d’intégrer le « backcasting » depuis des conditions nécessaires à des sociétés durables à leur cœur de métier, à leur stratégie de développement. 

Ces 4 étapes donnent un moyen systématique à chaque organisation de piloter – à son rythme – sa démarche de transformation, de #ChangementDeTrajectoire vers des sociétés à prospérité renouvelée :

(A) Partager le même schéma mental : Partager une compréhension commune des éléments clefs de la démarche FSSD. Ecrire, valider, amender (en fonction de ce qui est déjà défini) la raison d’être, singulière à l’organisation qui s’inscrit dans le champ défini par les 8 conditions.

 

(B) Analyser la situation actuelle : L’analyse de durabilité ou sustainability-SWOT consiste à regarder le présent à partir du futur souhaité. Le « présent » est évalué en énumérant les pratiques et opérations actuelles qui contribuent à enfreindre les 8 conditions de durabilité ou qui au contraire les respectent déjà. Il s’agit là d’identifier les points forts, d’examiner les points faibles, les zones de vulnérabilité, ainsi que les atouts disponibles pour régler les problèmes… base par exemple d’une analyse/matrice de matérialité.
 

 

(C) Imaginer des idées de solutions/actions/visions : Cette étape est la suite logique des précédentes, qui ont généré une tension créative et un cadre favorable. Les solutions et innovations possibles pour l’avenir sont formulées et énumérées sans contrainte.

 

(D) Sélectionner et définir les priorités : Reprendre la liste des idées d’actions/solutions/investissements possibles, les sélectionner et définir les priorités en vous basant sur celles qui vous rapprochent le plus rapidement de votre vision du futur souhaité, tout en étant souples et en générant des retours sur investissement suffisants. Cela soutient, étape par étape, la mise en œuvre et la planification de la transition vers des sociétés durables. Les actions et les idées doivent être argumentées, voire améliorées en utilisant les trois questions stratégiques suivantes: 

1. L’action va-t-elle dans la bonne direction du point de vue des 8 conditions? 

2. Est‑ce une plateforme flexible, c.‑à‑d. un tremplin vers d’autres actions ultérieures? 

3. Présente-t-elle un bon retour sur investissement (en terme économique, de dynamique d’équipe, de projet d’entreprise…)?

 

Point important : les étapes du processus ABCD sont itératives. L’élément critique est l’écart entre là où vous souhaitez être lorsque votre organisation sera durable (une vision articulée clairement et exprimée de façon convaincante) et là où vous en êtes aujourd’hui (votre point de référence). Une fois l’écart identifié et formalisé, il vous est alors possible d’identifier les actions et les initiatives qui vous permettrons de le combler. Ces actions sont passées au crible des trois questions de priorisation ci-dessus.

“Pour atteindre la durabilité, la question n’est pas de savoir si nous aurons assez d’énergie, assez de nourriture ou assez d’autres ressources matérielles.

La question est de savoir si nous aurons assez de leaders à temps.”

Karl-Henrik Robert, fondateur #FSSD / The Natural Step

Green Cross Award for International Leadership (1999) ; Blue Planet Prize (2000) ; Social Responsibility Laureate Medal by the Global Center for Leadership & Business Ethics (2005) ; nommé parmi les 100 visionnaires du 20th Siècle (2006) ; nommé Ashoka Globalizer (2011)

 

My Sensei Lab est un forum où se rencontre, se connecte une diversité d’acteurs (territoires, entreprises, instituts, associations, personnes…), qui s’appuient sur le #FSSD pour opérationnaliser le changement de trajectoire vers des sociétés à prospérité
renouvelée.

Ils nous ont fait confiance

Organismes, associations...
Nombreux sont nos partenaires

#Agir

#Comprendre

#Futur

#FSSD

Nous contacter

Prenez un rendez-vous avec la team My Sensei Lab !

Salut terrien.ne.s,

Vous souhaitez prendre rendez-vous pour en savoir plus sur nos parcours de formation et d’accompagnement pour intégrer le Développement Durable Stratégique #FSSD au coeur de métier de votre organisation ou devenir Consultant.e en Développement Durable Stratégique.

Merci de sélectionner une date et un horaire à votre convenance. Vous recevrez une confirmation par email immédiatement.

Au plaisir d’échanger.

Caroline & Mohamed

Capture_d_écran_2021-01-22_à_22.32.27-removebg-preview@1X